Promoting institutional dialogue and transborder exchanges to enhance advocacy towards sustainable cultural futures. 

Salle 4

Projets

Le projet « Arts et culture pour l’inclusion citoyenne : l’Université Abdou Moumouni jette des ponts » dote de jeunes Africains de savoirs et de ressources dans le domaine de la culture et du développement durable pour qu’ils participent à la construction des sociétés de demain. Grâce au renforcement du dialogue institutionnel et des échanges entre les centres culturels et les académies du Niger, le projet a offert au département Arts et Culture de l’Université Abdou Moumouni, à Niamey, la possibilité de collaborer aux niveaux local, régional et international avec plusieurs organisations. Et ce, afin de « comprendre les aspirations des adolescents africains, à titre individuel et en tant que membres de communautés locales et internationales, et de les préparer aux défis du développement ». Le projet s’est articulé et construit autour de diverses actions :

  • la promotion des activités de médiation culturelle en vue de la sensibilisation au patrimoine matériel et immatériel de l’Afrique, avec la production de trois docu-fictions ;

  • les activités autour du lien entre la culture et l’environnement, avec la réhabilitation d’un espace vert et l’organisation d’un symposium ;

  • les activités axées sur la promotion de la créativité locale, avec le lancement d’un prix littéraire décerné à de jeunes adultes.

Arts et culture pour l’inclusion citoyenne: l’Université Abdou Moumouni jette des ponts

Le projet « Creative diversity and social inclusion » (Credisi) s’était donné pour objectif de susciter à Bulawayo un dialogue constructif entre les artistes et créateurs locaux et les autorités publiques autour du thème de la remobilisation des décideurs publics en faveur de la culture et des arts. Il visait également à sensibiliser ces acteurs à leur rôle clé dans la construction des sociétés inclusives et l’élaboration de politiques urbaines respectueuses des personnes, des communautés, de l’expression culturelle et de la création. Une approche associant ateliers interactifs, débats et performances a permis au projet de réunir finalement plus d’une centaine de jeunes créatifs, cinquante artistes et créatrices ainsi que des créateurs issus de groupes ethniques et de communautés minoritaires. Ces acteurs ont pu ainsi discuter avec plus de trente administrateurs des arts et experts artistiques, et surtout avec quatre décideurs et conseillers politiques locaux de Bulawayo, afin de les convaincre de mettre à leur disposition des espaces sûrs et propices au dialogue culturel et à la création. Les échanges entre différents acteurs de l’industrie culturelle et créative de la ville ont permis de parvenir à une vision commune et collective des politiques publiques locales dans le domaine de la culture et de la création, et d’examiner des pistes pour permettre aux artistes et aux créateurs d’avoir plus facilement accès aux sites et aux infrastructures existantes. Divers espaces culturels et sites ont ainsi été mis à la disposition d’artistes locaux, leur permettant de créer, de se produire et de présenter leur travail dans toute leur diversité.

Creative diversity and social inclusion (Credisi)

« Makeshift constructions of trust: music-making, placemaking and movement-building » était au départ une initiative visant à créer des plateformes ouvertes et inclusives pour les camps installés près des quais de Port Harcourt, au Nigeria, où s’entassent jusqu’à 480 000 réfugiés. Le projet a œuvré en faveur de l’autonomisation des jeunes, notamment des jeunes femmes, et de la reconnaissance de leur rôle actif dans la vie de leur ville, malgré leur situation précaire. Makeshift Constructions of Trust s’est employé à améliorer la visibilité des communautés socialement marginalisées des bidonvilles et à renforcer leur capacité à exprimer leur vision d’une ville inclusive. À cette fin, les bénéficiaires ont eu accès à des plateformes numériques, physiques et organisationnelles et ont utilisé des outils et des techniques de représentation de soi, aussi divers que la musique ou la cartographie, l’architecture ou la plaidoirie, ce qui leur a permis de contribuer de façon significative aux « changements sociaux, spatiaux, technologiques et politiques de la prochaine "grande transformation urbaine" ». Le résultat ? La conception d’une plateforme en ligne immersive et interactive pour la radio communautaire Chicoco Radio, et la création d’un espace de rencontre médiatique – Chicoco Sounds. Vu la crise sanitaire du Covid-19, la plateforme vidéo, musicale et narrative s’est concentrée sur l’impact de la pandémie et a été baptisée Viral Times.

Makeshift constructions of trust: music-making, placemaking and movement-building

Éducation citoyenne et à la paix par l’expression de la diversité culturelle et artistique en milieu scolaire” grouped actors in the field of culture, education, and the social and solidarity economy with an aim to promote cultural and artistic expression as a lever for education and awareness to citizenship and peace in 100 primary and secondary schools of the Province of Bazega, to develop the skills of 10,000 children, adolescents, and young people as ambassadors of qualitative changes to citizenship and peace in their communities and to promote the capitalisation of its own developments and actions in order to multiply and integrate education for citizenship and peace through art and culture in the school curricula of Burkina Faso.

Arts et culture pour l’inclusion citoyenne: l’Université Abdou Moumouni jette des ponts

« Artistic and Cultural Action in favour of Social Cohesion and Accountable Governance » a été mis en œuvre à Gao, qui est le théâtre de nombreuses violations des droits de l’homme. L’initiative s’emploie à aider la population à se remobiliser en faveur d’une gouvernance responsable au niveau local, en particulier les jeunes, à travers des activités culturelles et socio-éducatives. Celles-ci visent à mieux leur faire prendre conscience de leur rôle et de leurs responsabilités en tant que citoyens, à promouvoir le sens de la solidarité et de la tolérance entre des communautés culturelles très différentes, et à renforcer les mécanismes sociaux déjà à l’œuvre dans la promotion de leurs réalisations culturelles.

Artistic and Cultural Action in favour of Social Cohesion and Accountable Governance

Le projet « Energizing cross border cohesion and inter-cultural peace in East African Nomadic Cattle Corridor of Karamoja (Ouganda) and Turkana (Kenya) through participatory theatre, folk arts and inter sports » a organisé des ateliers de théâtre et de sensibilisation dans les territoires du Karamoja et du Turkana, en Afrique de l’Est, qui connaissent des affrontements violents entre clans rivaux d’éleveurs nomades. Des activités de sensibilisation et de formation ont été organisées dans les communautés locales, afin de rétablir le dialogue transfrontalier entre plusieurs zones et villages de la région, notamment entre des communautés locales. Des ateliers de théâtre et de sensibilisation ont permis à quelque 120-150 jeunes de 6 villages d’éleveurs et à une trentaine de chefs de clans nomades et d’anciens, de prendre conscience de la nécessité de renouer entre eux le dialogue social.

Energizing cross border cohesion and inter-cultural peace in East African Nomadic Cattle Corridor of Karamoja (Uganda) and Turkana (Kenya) through participatory theatre, folk arts and inter sports

« Mirages et perditions » aborde le terrorisme comme un phénomène contemporain, à partir d’une perspective culturelle indispensable. À travers une approche créative, utilisant théâtre et cinéma, le projet a sensibilisé les jeunes et les a appelés à se mobiliser contre la violence et l’intolérance. Les participants ont écrit et joué une pièce, ce processus d’écriture et de création ayant fait ensuite l’objet d’un documentaire diffusé dans des cinémas et à la télévision, ainsi que sur les réseaux sociaux. Des séances de sensibilisation animées par des communautés religieuses ont également été organisées, contribuant au développement de la citoyenneté et d’un sentiment de responsabilité à l’égard des attentats terroristes. Ces séances leur ont aussi appris comment exprimer les émotions suscitées par l’expérience collective, voire personnelle, d’actes extrémistes violents.

Mirages et perditions