Empowering communities, women and the youth through local cultural action and critical thinking.

Salle 3

Projets

« Women through the lens » a offert à dix jeunes femmes photographes – toutes issues de différents milieux sociaux, régions et de différents niveaux d’expérience – de bénéficier d’un mentorat. Cet accompagnement a été assuré, dans le cadre de cours de photographie analytique, par une équipe interculturelle et internationale de cinq professionnelles du secteur de la photographie au sens large - photojournalistes, narratrices visuelles, responsables culturelles et photographes d’art. Deux semaines de formation entrepreneuriale intensive ont été organisées pour encourager le groupe de bénéficiaires à devenir autonomes et à développer un projet artistique économiquement viable. Leurs créations ont été réunies lors d’une exposition collective présentée au Festival de photographie de Lagos. Ces œuvres font entendre la voix des communautés discriminées et appellent les autorités à agir.

Women through the lens

« Beyond caring project », projet inspiré par la pièce de théâtre homonyme de Alexander Zeldin, a donné voix et visibilité aux travailleurs domestiques – le personnel le plus dévalorisé et le moins reconnu en Afrique – tout en plaidant en faveur de leurs droits culturels et humains. S’appuyant sur les besoins de ce groupe, préalablement identifiés par le biais d’interviews, le projet a notamment conçu et organisé des ateliers artistiques et multidisciplinaires sur mesure, en collaboration avec des jeunes artistes locaux issus de différentes disciplines, des ONG, des spécialistes des droits humains et des experts juridiques. Deux pièces de théâtre ont été créées à partir du contenu des interviews, des ateliers et des groupes de discussion. Ces spectacles ont permis d’aborder, à travers l’art et la création, certains des pires problèmes auxquels le personnel domestique est confronté, notamment un nombre excessif d’heures de travail, la violence domestique, les violences sexuelles et les maladies infectieuses, et de sensibiliser le public à leur situation.

Beyond caring project

Le projet « Hors Limites » souhaitait contribuer à tisser des liens de solidarité entre de jeunes réfugiés vivant dans des camps et de jeunes autochtones des communautés voisines du Burkina Faso et du Niger. Le projet leur a proposé des ateliers de danse pour « respirer, s’ouvrir, découvrir, se mobiliser et sensibiliser ». En s’essayant à la danse et à la musique contemporaines en dehors des camps, les participants ont eu la chance de vaincre leurs divisions, de s’exprimer librement et de s’autonomiser. Ces ateliers ont ainsi contribué à atténuer les violences au sein de leurs communautés et favorisé une réflexion critique collective sur les enjeux actuels aux niveaux local, régional et mondial.

« Uliza Wahenga Dada! » vise à renforcer le pouvoir de la communauté des autrices de fiction et artistes visuelles afin qu’elles puissent questionner et reconstruire le discours historique, en remettant notamment à leur juste place la perspective et la contribution des femmes à l’histoire de la Tanzanie. L’initiative, basée sur la reconstitution d’archives, avait pour but de recueillir des récits de femmes afin de mettre en avant leur contribution majeure à l’histoire de leur pays et à la mémoire nationale, à travers une approche féministe. Les résultats ont été présentés lors de l’exposition Bibi, Mama and I.

Uliza Wahenga Dada!

« Alteritude : L’Art de l’Écoute de l’Autre et de Soi-même » est un projet axé sur la création et la diffusion du travail artistique et culturel, l’art et la culture étant mis ici au service du dialogue interculturel, de la compréhension mutuelle entre les communautés et du respect de la diversité et de l’altérité. Les promoteurs de l’initiative utilisent l’oralité, la narration et l’écriture comme moyens d’expression culturelle, sociale et politique. Ils ont ainsi organisé des spectacles axés sur l’oralité et la narration dans des salles de spectacle, des jardins publics, des plaines de jeux, des transports publics, des gares routières et ferroviaires. Ces spectacles ont été suivis de débats et de discussions avec les habitants, sur un large éventail de thèmes clés en rapport avec le développement durable, l’accent étant mis sur les réalités multiples auxquelles les femmes et les enfants du continent sont confrontés. Des femmes et des jeunes filles ont ainsi joué un rôle central au sein du « Parlement populaire », une activité participative décentralisée visant à faire découvrir aux populations et aux communautés locales des artistes et des spectacles artistiques de qualité.

Alteritude: L’Art de l’Écoute de l’Autre et de Soi-même

Le projet « OpenMic Project » fait résonner la voix des jeunes vivant dans des camps de personnes déplacées en Ouganda, troisième pays d’accueil des réfugiés au monde et plus grand pays d’accueil en Afrique. L’initiative, qui repose sur l’utilisation de l’oralité comme « forme d’art durable s’inscrivant dans une longue tradition culturelle en Afrique et particulièrement appréciée des jeunes » a mis à la disposition de jeunes réfugiés du camp de Nakivaale, dans le district d’Isingiro, des espaces culturels sûrs, propices aux échanges interculturels et à la liberté d’expression. Ceux-ci ont pu ainsi acquérir des compétences dans le domaine de l’écriture créative et de la performance, tout en étant sensibilisés à des sujets qui les concernent, tels que les droits à la santé reproductive et l’égalité entre les femmes et les hommes.

OpenMic Project

« Pourquoi pas moi ? Plaidoyer pour les droits des personnes handicapées » appelle les acteurs de tous bords à assurer la pleine inclusion des enfants et des jeunes souffrant d’un handicap mental et/ou sensoriel en République démocratique du Congo. En favorisant l’éclosion de talents artistiques et les spectacles, le projet s’est fait le défenseur et le représentant des droits culturels de ces groupes, notamment leur droit d’accès et de participation aux activités artistiques et culturelles, et leur droit d’en être les bénéficiaires, selon les principes d’égalité des chances et de reconnaissance de leur contribution à la société. Outre les 30 jeunes bénéficiaires sélectionnés, le projet a misé sur la collaboration avec et entre des parents et des éducateurs, des artistes locaux et des autorités locales, qui sont devenus eux aussi des bénéficiaires du projet. Au fil du temps, ceux-ci ont en effet abandonné leurs idées préconçues, pour s’engager et soutenir pleinement un changement radical tout en plaidant en faveur des droits des jeunes bénéficiaires.

Pourquoi pas moi ? Plaidoyer pour les droits des personnes handicapées

« Femmes en création » est un programme de développement des capacités artistiques qui s’articule autour une triple approche : les femmes, le développement et la culture. Le programme a contribué à l’émergence d’une nouvelle génération de professionnelles à travers le renforcement des capacités artistiques et professionnelles de 9 jeunes actrices et de 6 jeunes artistes visuelles du Togo, du Bénin et du Mali. Il a ainsi permis aux bénéficiaires de renforcer la cohésion des écosystèmes culturels des villes et des régions participantes tout en sensibilisant les habitants aux droits des femmes et des minorités marginalisées (orphelins, personnes porteuses d’un handicap, enfants abandonnés, etc.).

« La tournée du Cirque Nu Dagbe » avait pour objectif d’aider les jeunes vivant dans les rues de Cotonou à devenir des membres socialement, économiquement et culturellement actifs de la société en les formant aux techniques de cirque pour qu’ils deviennent artistes de cirque. Ces jeunes ont eu ainsi la chance de participer à toute une série de cours et ateliers d’acrobatie, de danse, de musique et de chant, de slam, de théâtre et de jonglage, dispensés et animés par des artistes professionnels et qualifiés. Ceux-ci se sont surtout attachés à leur transmettre des techniques artistiques faisant écho aux traditions culturelles ouest-africaines et à l’identité locale, afin de réconcilier les participants avec leur identité. D’autres activités et ateliers ont permis de renforcer le dialogue social, en transmettant aux jeunes toute une série de valeurs positives susceptibles de les aider à se reconstruire. Les jeunes ayant déjà vécu des situations telles que l’exploitation et le manque de dignité ont pu ainsi s’émanciper et prendre leur avenir en main en trouvant leur voie dans le secteur de la création et des arts. Une voie qui peut les aider à s’épanouir et à vivre pleinement leur vie.

La tournée du Cirque Nu Dagbe