Freedom of expression and intercultural dialogue: creating cultural spaces and synergies for peace-building and democratic societies. 

Salle 2

Projets

À Nairobi, le projet « African Space Makers » donne voix et visibilité aux espaces culturels et communautaires de la métropole et capitale kényane, qui connaît un développement sans précédent dans l’histoire de l’humanité.  Une « série de documentaires parodiques en réalité virtuelle, interactifs et participatifs » a été tournée dans cinq espaces de création investis et animés par des artistes, des groupes communautaires et des entrepreneurs sociaux : Maasai Mbili - un collectif autofinancé d’artistes, Brush Tu – un centre artistique, Keroche – un graffeur indépendant, the Skaters – un groupe communautaire, et le Zazi collective – un collectif musical appartenant à la sous-culture urbaine. Le projet montre comment des acteurs culturels contribuent à revisiter les modèles urbains actuels, suscitent des débats clés à l’échelon de la ville en remettant en question les normes sociales en rapport avec l’ethnicité, le genre, l’âge, la religion, la sexualité et d’autres questions sensibles. Ceux-ci créent ainsi des espaces sûrs d’expression et de dialogue pour les minorités, afin d’améliorer la cohésion sociale entre les communautés.

Le projet « Ciné-débat pour la paix: pour le dialogue interculturel et la cohésion sociale au Cameroun » a mis le cinéma au service du dialogue interculturel.  La projection de quarante-cinq films suivis de discussions éducatives et de débats intercommunautaires a permis de créer des espaces de dialogue interculturel – sûrs et neutres – entre les communautés. Différentes populations de toutes les régions du pays (y compris celles qui sont le théâtre d’affrontements entre anglophones et francophones) ont pu ainsi s’exprimer librement et ouvertement sur la crise à laquelle elles font face et discuter des facteurs qui font obstacle à la paix et au vivre-ensemble dans le pays. Des chefs de village, des chefs communautaires, religieux et traditionnels, des groupes de femmes, d’hommes et de jeunes ainsi que des membres de communautés déplacées ont pu enfin s’asseoir ensemble autour d’une même table pour proposer des ébauches de solutions collectives face aux différentes menaces et obstacles, mais aussi dialoguer en discutant à cœur ouvert des conditions de la coexistence pacifique.

Ciné-débat pour la paix: pour le dialogue interculturel et la cohésion sociale au Cameroun

Le projet « Young Ugandans and Kenyans demonstrate the value of social cohesion » a réuni plus de 120 institutions et associations locales d’Ouganda et du Kenya – plus exactement 100 clubs promouvant la paix au Kenya et 21 musées communautaires et clubs soucieux du patrimoine culturel d’Ouganda. Ceux-ci ont réinventé le concept de concours et de compétition, conçu et lancé un concours artistique et culturel récompensant des valeurs positives, telles que le dialogue interculturel, la cohésion sociale et la coexistence pacifique. Le concours était ouvert à un large éventail de créations artistiques – dessins, peintures, vidéos de trois minutes, etc. – mettant en avant une pratique culturelle particulière. Les participants ont échangé leurs points de vue sur les perceptions erronées, les malentendus et les tensions qui débouchent sur des conflits systémiques afin d’imaginer de nouvelles bases pour le dialogue et la paix futurs.

Young Ugandans and Kenyans demonstrate the value of social cohesion

Le projet «Stimulating Intercultural Dialogue in East Africa using Technology » a produit la série Kikatuni (12 épisodes, un teaser et une vidéo promotionnelle) afin d’offrir à des artistes un espace de création sûr, propice à la pensée critique, au dialogue social et à la liberté d’expression, autour de thèmes tels que la justice sociale, le changement climatique, l’avenir du travail et le développement technologique, social, communautaire et culturel. Ce projet est basé sur un processus novateur d’incubation audiovisuelle, qui associe caricaturistes, réalisateurs et musiciens du Kenya, de Tanzanie et d’Ouganda.

Stimulating Intercultural Dialogue in East Africa using Technology

Le projet « Action jeunesse pour le dialogue interculturel et la dignité pour tous en Afrique » a utilisé les possibilités offertes par la communication virtuelle pour promouvoir le dialogue culturel et la paix entre jeunes du Sénégal, du Bénin et du Cameroun. À cette fin, il a surtout misé sur le slam et la poésie – des techniques de narration qui parlent vraiment aux jeunes et peuvent aider à vaincre la violence, l’intolérance et l’exclusion socioéconomique d’origine ethnique ou religieuse. Le projet était destiné aux jeunes de 18 à 35 ans, étudiants du secondaire ou universitaires de milieux défavorisés vivant dans les villes de Guédiawaye-Dakar et Saint- Louis au Sénégal, de Cotonou et Parakou au Bénin, et de Yaoundé et Douala au Cameroun. Parmi les autres bénéficiaires, des écoles et des universités ainsi que des maisons et des associations de jeunes présentes sur les sites du projet.

Action jeunesse pour le dialogue interculturel et la dignité pour tous en Afrique

L’initiative « Relinking Communities Through Culture » a renforcé l’empathie et la cohésion sociale entre les ethnies Shona et Ndebele au Zimbabwe. Elle s’est attaquée de manière explicite et avec courage aux difficultés inhérentes à ce conflit ethnique à l’aide d’une démarche et de méthodologies créatives associant des professionnels de la culture, des chroniqueurs, des commentateurs des réseaux sociaux et des journalistes. Plusieurs forums consultatifs interculturels et projets culturels et créatifs ont été lancés, offrant des possibilités de dialogue sur l’identité ethnique, la polarisation et les divergences, y compris au-delà des divisions culturelles – l’idée étant de contribuer au rétablissement de la paix et à la lente et progressive réconciliation des populations locales.

Relinking Communities Through Culture